Organisme de formation référencé Datadock: Prise en charge sur vos budgets formation – contact@chapters.fr+33 07 56 92 48 00

Des coachings et formations au management pour le monde d’aujourd’hui

Low tech, High Future → ce site a été conçu pour réduire son empreinte environnementale

Chapitre 23 : Pour un futur inspirant, parlez du passé !

Chapitre 23 : Pour un futur inspirant, parlez du passé !

Vous entamez une nouvelle phase dans votre développement ? L'année a été difficile et vous souhaitez relancer vos équipes ? Il faut changer votre approche et impulser une nouvelle dynamique ?

C'est parti !

Une équipe, c'est une histoire collective, une aventure partagée. Il faut donc raconter une histoire commune à travers le management, et régulièrement réactualiser et enrichir les chapitres de cette histoire.
Parlons un peu du lancement de ce projet :  c'est donc pour vous la fin d'une époque, un nouveau Chapitre s'ouvre. L’année touche à sa fin, une nouvelle période se profile avec de nouveaux objectifs, de nouveaux enjeux…

Vous réunissez vos équipes lors d’un séminaire afin de les embarquer autour du nouveau projet. Ce que vous visez est alors très clair : à l'issue de celui-ci, chacun doit être mobilisé et impliqué autour des nouveaux enjeux, l'appropriation doit être maximale. Vous espérez que votre nouvelle histoire -votre nouvelle stratégie- sera inspirante et qu'elle suscitera une forte adhésion.

Bien sûr, il faudra pendant ce séminaire parler de l'avenir, de ce qui vous attend, du pourquoi on va y aller, de comment on va atteindre ces objectifs...
Pourtant, avant cela, il est important de parler du passé.

Cela peut paraître contre-intuitif : "à quoi cela sert de ressasser le passé ? le passé c'est le passé !"

Pourtant, il est primordial pour être entendu et susciter l'adhésion autour d'un futur prometteur de faire un bilan du passé. C'est le prérequis et une condition de ce que vous visez : l'adhésion.

En tant que consultants en management, lorsque nous préparons de tels événements avec les dirigeants et que nous formalisons le contenu des séminaires, il nous arrive souvent de devoir insister sur l'importance du bilan. Le management, volontaire et souhaitant bien faire, veut très rapidement parler de l'avenir et c'est tout à fait compréhensible. Pourtant le bilan est bien souvent non-négociable.

Faire un bon bilan permet plusieurs choses, qui toutes apportent de l'énergie et de la motivation au groupe.

1 Faire le bilan permet d'être fier du chemin parcouru

"Souvenez-vous il y a un an..."
Prendre du recul, remettre en perspective, re-raconter la période, avec ses hauts et ses bas, est un exercice collectif.
Peut-être que tout cela, l'auditoire le sait déjà. Mais c'est un enjeu d'Intelligence Émotionnelle. Réactiver le passé permet de revivre les ressentis tous ensemble.

Alors avant de se lancer vers demain, arrêtons-nous et faisons-nous du bien en nous remémorant notre histoire commune.

On peut même remonter le passé, revenir aux origines de l'entreprise. Cette histoire, la direction la connaît, elle lui semble évidente. Pourtant, il est toujours bon pour les collaborateurs de se la remémorer. Qu'en est-il des nouveaux collaborateurs ? Et les managers qui font vivre la culture managériale et l'esprit de l'entreprise, sont-ils capables de la raconter à leurs équipes ?
La raconter à nouveau lui donne une nouvelle dimension, une nouvelle fraîcheur.

2 Faire le bilan permet de reconnaître les efforts fournis

Reconnaître signifie littéralement naître à nouveau ensemble. C'est une posture d'empathie de la part du manager de rappeler ce qui a été accompli, l'investissement de chacun, les qualités qui ont été mobilisées au cours de la période.
Cela renforce la proximité et la solidarité.

Et c'est surtout un prérequis pour que l'auditoire puisse pleinement écouter: l'absence de bilan peut générer de l'opposition. "Ils ne se rendent pas compte." "Tout ce qu'on a fait n'a servi à rien, on n'en parle plus." Ces réactions peuvent occuper les esprits, parasiter l'attention.
Reconnaître les efforts permet donc de traiter ce qui pourrait se retourner en résistance.

Il ne s'agit pas de sombrer dans la démagogie ou le sur-applaudissement. La sincérité dans la description suffit.  Restez factuel.

L'avantage avec les faits, c'est qu'ils ont eut lieu.
Ils sont même têtus, disait Lénine.

3 Faire le bilan permet d'expliquer et de capitaliser sur les difficultés passées

Que faire si le Bilan n'est pas glorieux ? Si les résultats ne sont pas là ?
Si l'exercice du bilan semble plus périlleux lorsque les indicateurs ne sont pas bons, la situation rend celui-ci justement encore plus vital, et encore plus puissant et bénéfique lorsqu'il est bien réalisé. Cela permet de sortir du non-dit anxiogène et d'avancer. C'est une étape nécessaire au progrès.

Que faire donc ?
Déjà, commencer par chercher les succès ou progrès effectués, car il y en a eu. Il y en a toujours.
Ensuite reconnaître les efforts fournis. (cf point précédent).
Et pour ce qui est des points durs : analyser et expliquer. Sans juger, sans blâmer. Sans s'apitoyer ni déresponsabiliser.
Et faire participer.
Reconnaître les erreurs et faire vivre le droit à l'erreur. Tout en étant exigeant sur la mise en place de solutions à mettre en place ou de projets à lancer.
En analysant froidement, l'objectif est de transformer l'échec en apprentissage.

Dans la série les poncifs du management trop partagés sur Linkedin: "Dans la vie, soit je gagne, soit j'apprends." (Neslon Mandela).

N'oublions pas le ton de ce bilan
Un bilan doit être sincère, courageux et bienveillant. Il faut être capable de se dire franchement les choses pour pouvoir avancer. Et de la même manière, il ne doit pas être culpabilisant mais factuel...
Georges Orwell nous avait mis en garde contre les bilans  manipulatoires :
"Celui qui contrôle le passé contrôle l'avenir. Celui qui contrôle le présent contrôle le passé."

En résumé

Plus le futur est challengeant et ambitieux, plus il faut passer de temps à se rappeler son parcours et à être fier de ce que l'on a accompli pour être solidement ancré sur ses appuis.
Le bilan est un exercice collectif puissamment inspirant.
Bien réalisé, il énergise et met dans de bonnes dispositions l'auditoire pour se projeter ensuite sur un nouveau projet.
Un séminaire réussi commence donc souvent par un bon bilan.

Chez Chapters, nous accompagnons nos clients pour des formations au management ou des séminaires clés en main, réussis sur le fond comme sur la forme. A la fois consultants en management et tour operator, on s'occupe de tout!

Thursday December 13th 2018 par Pierre Le Leuch

Related posts

Chapitre 17 : 7 clés pour une prise de parole réussie, la 5ème va vous surprendre !

October 2018

Chapitre 17 : 7 clés pour une prise de parole réussie, la 5ème va vous surprendre ! Vous êtes dirigeant ou manager d'u… voir plus

Chapitre 11 : Pourquoi un séminaire, c'est comme un Chapitre ?

July 2018

Chez Chapters, on croit que la vie en entreprise doit être une belle aventure. Une histoire collective faite d'une … voir plus

Chapitre 2 : L'importance du WHY dans une entreprise...et une formation ou un séminaire !

June 2018

Chapitre 2 : L'importance du WHY dans une entreprise...et dans un séminaire Mission, Raison d'Être, Rêve ou Why, ce se… voir plus